Que se passe-t-il depuis presqu’un an ?

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Je ne sais pas trop par où commencer, mais j’ai envie d’écrire. Je suis rentré depuis presque un an et les choses se sont passées super vite. Je ne vous cache pas que ça n’a pas été facile tous les jours et qu’encore aujourd’hui j’ai des doutes ! Mais j’ai appris à vivre avec, ils se résoudront peut-être avec le temps.

Je ne vous donne pas beaucoup de nouvelles contrairement à vous. Vous avez été super nombreux à m’écrire, me demander des conseils, me montrer beaucoup de bienveillance et m’aider aussi. Je vous remercie, c’est toujours un plaisir de transmettre toutes ces expériences. D’ailleurs, j’ai commencé à partager mes aventures grâce à vous, grâce à tous ceux qui ont simplement répondu à mes questions de rêveurs, d’aventurier en devenir il y a quelques années. C’est eux qui m’ont poussé à vous raconter mes aventures ! Read more →


Un nouveau départ

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Il s’en est passé des choses depuis mon retour.

Voyager, ça aiguise les sens, ça ouvre l’esprit et colore tes rêves de gosse. Depuis cinq ans maintenant, je n’ai cessé de vadrouiller, d’expériences professionnelles en aventures personnelles. J’ai réalisé plusieurs de mes rêves et tout cela m’a rendu heureux et avide d’en vivre d’autres. Read more →


Retours sur mon matos après huit mois en Amérique du Sud

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Comme d’habitude cette revue de produits ne sera pas des plus classique. Voilà plus de 35 milles kilomètres que je parcours le continent sud américain. Au total j’ai eu un peu plus de huit mois de test sur l’ensemble des produits. Les variations climatiques étant beaucoup plus variées sur ce voyage. Prenez note que j’ai testé cet équipement dans des conditions peu ordinaires et parfois extrêmement intenses. Du coup, je peux paraitre impitoyable sur certaines critiques.

Read more →


Les chutes d’Iguazu et l’envol du weekend

Dernières étapes du voyage, me voilà arrivé à Puerto Iguazu après 20h de bus. Je me suis fabriqué un nouveau deux roues pour me permettre de parcours les quelques mètres entre la station de bus et l’hostel le plus proche. J’y passerai de belles journées à savourer le climat quasi amazonien avant de partir voir ces célèbres chutes, côté argentin.

Read more →


Double ruptures avant la cascade finale !

Pas facile de vendre une moto après sept mois de vadrouille. Ce n’est pas la première fois mais quand même. En prime trouver un acheteur a été vraiment vraiment difficile. Au début ils marchandaient comme si j’étais un bleu… Ils voulaient tout, tout de suite pour rien et avec tous les papiers de prêts. Ah ces fichus personnes des “pays développés”. HorizonUnlimited est un super site. J’y avais perdu beaucoup de temps à chercher une moto pour ce voyage mais de notre bureau en France on a pas les bonnes perspectives.

Read more →


A la recherche d’un peu de chaleur ! 

On est arrivé à Cochrane sous un ciel bien nuageux et on est reparti avec la pluie. Avant d’aller chercher ce soleil on avait décidé d’aller voir Tortel comme Gregor et Gabriela nous l’avez fortement conseillé. 120 km qui ne devait pas être si difficile. Mais sous la pluie ça change la donne. En plus de ça il y a eu un accident entre un bus et une camionnette. Sûrement le même bus qui envoyé sévère la vieille sur la piste. Bref c’est le conducteur de la camionnette qui a tout pris. On en sait pas plus mais ça refroidi vite, pas la température hein parce quon était déjà bien humide et frigorifié. 

L’avantage quand on est hors période des vacances c’est qu’il y a pas mal de place dans les hostels. Tortel est une ville bien particulière. Tout est sur pilotis au niveau de l’eau. Ils sont venus construire cette ville il y a seulement 50 ans pour y exploiter le bois. Ça ressemble un peu à une ville de pirate et il y a un bon paquet de kilomètres de pontons.. On a évidemment visité tout ça sous un petit crachin. Heureusement le lendemain le soleil devait refaire son apparition. 

Il l’a fait plus ou moins. Ça nous a d’ailleurs donné l’idée de bivouacer dans un  lieu magnifique face à une cascade avec de belles montagnes et des glaciers en arrière plan. Nuit difficile quand même. 

Le lendemain on a pris une embarcation, un peu plus loin sur la route, pour admirer des cathédrales de marbre au ras de l’eau. L’érosion ayant sculpté la roche année après année. Une vrai surprise même si cela faisait longtemps qu’on s’était pas retrouvé dans un barque rempli de touristes ! 

Le soir dodo dans un Hostel basique, puis en route pour Cochrane ou je vais devoir faire une pause mécanique. Il faut que je trouve une chaîne. La mienne ira pas jusqu’au bout. Je pensai en avoir pour plus de 80 balles mais nan. L’équivalent de 20 euros pour exactement ce que j’avais besoin. 

Je prendrai soin de conseiller à l’acheteur de changer tout le kit chaine à mon  arriver à Buenos Aires! 

On a continué tranquillement la carratera jusqu’à Puerto Raúl ou on a du attendre 3 nuits pour le bateau en direction de chiloe ! 

Trois nuits de bivouac hors d’y commun avec des dauphins, des otaries et des loutre en guise de réveil matinal. Un météo digne du plus belle été. Une plage de sable fin pour paillasson. Bref le pied total ! 


En route pour la carratera australe 

 

​Il nous a fallu du temps avant de repartir mais on a fini par la recevoir cette suspension ! On a profité d’un rayon de soleil pour aller faire un tour au parc Tores del Paine après une pause lessive à la ville d’avant. Ça sentait un peu trop le mouton après trois semain. 

Apres à peine 50km on trouve un lieu de bivouac parfait prêt d’une cascade. Il est 13h, c’est le plus tôt qu’on est fait… L’eau y est vraiment bien fraîche. J’en profite pour monter sur la colline et admirer la vue. 

On a passait l’une des nuits les plus froides du voyage. Quelle idée de poser la tente aussi prêt de l’eau à cette latitude ! Heureusement au matin le soleil sort rapidement et on fait les derniers kilomètres jusqu’au parc. C’est beau, la piste est bien roulant, la pampa se verdit pour laisser place à de beau lac. 

On profitera de la journée pour faire le tour du parc sans quitter la moto plus d’une heure. La motivation pour les treks nous a un peu quitté et le parc, quoi que magnifique, n’est pas aussi désert que l’île ou on vient de passer trois semaines. On fait  nos faignasses avec pour prétexte d’aller chercher un peu de chaleur au nord. 

A la frontière on rencontre un new zelandais sur une belle xr. On l’invite à nous rejoindre au bivouac un peu plus loin sur la route. La nuit sera un peu plus chaude. Ensuite direction la route 40 jusqu’à bajo caracoles ou on tournera vers l’ouest et les petits chemins de montagne ! 

La piste qui mène au Chili est sublime. De la pampa au lagune en passant par les montagnes du Texas (enfin ce qu’on en imagine). Le temps est parfait. De l’autre côté de la montagne c’est un peu pluvieux. Mais on y est enfin, sur cette très célèbre carratera australe ! 


Il y en a combien à votre avis ?

Ce matin là la tonte a commencé à 7h du matin. Le soleil s’est levé comme d’ordinaire. Une dizaine de travailleurs étaient fin prêts à déshabiller ces pauvres bêtes. Nous on les envoyait juste chez le coiffeur, groupe par groupe. La meilleure laine en premier ! Je m’attendais à travailler sans arrêt mais ce fut assez tranquille. Réparer quelques clôtures, des trous sur la passerelle, colorer le nez des bêtes de différente couleur afin qu’on puisse les identifier rapidement à la sortie ! Dans l’après midi j’ai dû superviser le bon fonctionnement du moteur d’origine. Un bon gros piston qui fait boum boum comme certains les aime. Plus de 70 ans qu’il tourne quand on le lui demande en consommant autant de bougies que de litres d’essence !

Le soleil a brillé toute la journée et le boulot (qui certaines années à pris plus d’une semaine) sera terminé en une journée et demi. Ensuite, c’est toutes les bêtes qu’il a fallu barbouiller de craie. Avec Clément on s’occupé des agneaux, lui les soulevait pour que je leur donne un anti je ne sais pas quoi. Ensuite on vérifiant s’il y avait des mamelles ou des testicules histoires de les marquer de jaune ou de bleu. On a terminé super tard le lendemain. Tout rempli de craie aussi. Apres une pause il a fallut ramener les bêtes au pâturage pour éviter qu’elles ne meurent de faim ! Clément a aidé Gregor en montant a cheval pendant que moi je suis allé réparer une clôture cassé trois jours plus tôt.

Depuis tout ça on s’occupe de nouveau du bois, des poules, des chiens et on a changé de maison. On dort maintenant avec les proprio dans un confort un peu moins spartiate. Mais le boulot n’est jamais fini et les surprises non plus !

La semaine d’après on a fait plusieurs boulots différents en plus de s’occuper du reste… Nous avons du cadrier une parcelle ou les agneaux mâles avaient été placés. La veille il en avait trouvé 3 morts. On a bien marché trois heures pour n’en trouver qu’un seul de plus. Le lendemain on y est retourné pour voir s’il y avait d’autres morts.. Cette fois-ci en regardant les rapaces dans le ciel et les arbres. 

Après tout ça a commencé le temps du plante de baton.. Il a fallu réparer ces clôtures défoncées. A la pioche, pelle puis bar à mine, on a fait des trous dans cette terre parfois sableuse,  argileuse ou caillouteuse. Hier on en était à quinzaine de poteaux quand on a appris la bonne nouvelle. 

La nouvelle suspension de Clément est arrivé à Punta Arenas. Ça paraît rien pour vous mais c’est un extrême soulagement ici. La météo est toujours aussi changeante ici et la fin de l’été commence à bien se faire sentir. Et il nous reste un petit peu de chemin avant de commencer cette célèbre caratera austral. 

Nous repartons donc bientôt. Super heureux de ce que nous venons de vivre. Une expérience unique en plein cœurs de la Patagonie avec un couple chaleureux et touchant comme patron. Comme quoi le hasard fait bien les choses. Et pour couronne le tout, Gabriela et Gregor sont de vrai militant pour la planète. 

Il y a une semaine environ ils ont gagné un procès engagé depuis très longtemps contre la mine de charbon à ciel ouvert qui se situe à 4km d’ici. Un changement majeur pour Gabriela qui milite pour deux associations : Alberta Isla Riesco et Kerosene. 

D’ailleurs ils ont réalisé une vidéo magnifique de l’île ici : on a pas pu voir tous ces espaces car ils sont bien protégés et accessibles seulement par les eaux. L’île Riesco est la quatrième plus grande du Chili. En regardant une carte on a du mal à voir mais elle s’étend jusqu’au détroit de Magellan quand même ! 

Bref nous les remercions de tout notre cœur avant de reprendre la route. 


Ça vous tente pas ?

Il est venu le temps… de préparer mon retour. Du coup j’ai écris un petit article pour vous présenter mon souhait avant de revenir vous voir !

C’était difficile de ne pas vendre la Transalp à un ami voyageur en Mongolie. J’aurai aimé y avoir pensé plus tôt. Du coup cette fois j’aimerai me rattraper.

Cela fait un petit mois que j’ai mis une annonce sur Horizon Unlimited. J’ai eu plusieurs intéressé mais la plupart en avait besoin tout de suite et chercher un peu trop à descendre le prix.

Je voyage avec cette superbe Kawasaki KLE500 depuis plus de 30 000 km et je compte lui en mettre un peu plus. Elle est de 1991 et cumule 55 000 km au compteur. Je l’ai acheté à un ami mécano digne de confiance. C’est chez lui que j’avais préparé ma Transalp, et c’est chez lui que j’ai aussi remis à neuf cette petite merveille.

La moto est entièrement équipé par SW-Motech France (partenaire du projet) et j’y ai fait quelques améliorations maison. Pour le voyage je lui ai mis une nouvelle suspension Wilbers à l’arrière et de nouveaux ressorts progressifs à l’avant. Elle dispose aussi d’un graisseur de chaîne electronique.

Elle est entièrement prête à partir pour un nouveau départ et je dispose de nombreuses pièces de rechange et consommable (tous les roulements de roues et directions, bougies, filtre à huile, selecteur et pédale de frein).

Voici une petite liste de ce qu’il y a sur la moto. Je l’ai mis en vente à 2200$ sans les boites et autres options préciser après cette liste.

Vendu avec la moto :

  • Crashbar (SW)
  • protèges mains (SW)
  • racks (SW)
  • echapement laser produro aluminiun
  • pare-vent (maison)
  • indicateur de batterie
  • compteur electronique (Koso)
  • boite à outil sur le coté gauche (maison)
  • sabot moto renforcé
  • ressort progressif fourche avant
  • stage 3 suspension arrière wilbers

En option selon besoin et budget :

  • boite alu Trax Evo 37 and 45l (SW)
  • led additionnel (SW)
  • sac de réservoir GS quicklock eco (SW)
  • Cameleon Chain oiler plus

Je prends soin de ma moto tous les jours. J’ai du refaire la segmentation à Arequipa au Pérou. Ca fait 8000 km et j’en suis ravi. Plus du tout de consommation d’huile et démarrage à froid sans soucis. A Cusco j’ai changé les gicleurs principaux (112 à 96) pour éviter les baisses de régime en altitude et depuis j’ai diminué de 2l au 100 la consommation d’essence soit un peu moins de 5l au 100. Le réservoir fait 15l et j’ai entre 250 et 350 km d’autonomie selon que je roule sur route ou sur piste. D’ailleurs elle est parfait sur piste, il lui manque jusste un peu de garde au sol !

Je laisserai aussi quelques équipements hors moto si besoin (pochette à eau, réservoir d’essence additionnel, etc).

Le gros avantage de cette moto c’est qu’elle est réparable partout en Amérique du sud du fait de ses deux petits cylindres de 250 (qui correspondend au plus gros mono d’ici) !

Je voyage toujours avec et ne suis pas dans l’extrême nécessité de la vendre. Mais sincèrement ça me ferai plaisir de la vendre à l’un d’entre vous et de l’imaginer de nouveau sur les magnifiques piste du coin.

Je suis actuellement au sud de la Patagonie et prévois de remonter sur Puerto Montt d’ici un mois puis de continuer sur Buenos Aires. Si je n’arrive pas à la vendre tout de suite elle sera stocker dans un entrepôt en Uruguay. Je peux aussi la laisser à Santiago.

Le prix est négociable mais il faut juste être au courant qu’une moto ici vaut souvent plus du double qu’en Europe. Son âge ne doit pas vous arrêter. Je viens de faire 18 000 km avec en six mois et je peux vous assurer qu’elle est bien plus en forme que toutes les jeunes KLR que j’ai croisé.

Merci pour tout et au plaisir de discuter avec vous.

Pour me joindre :

+33635123091 sur whatsapp
ou baptiste.regne@gmail.com

 


VIDEO 8 – La Patagonie et ses nombreuses surprises

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

C’était parfois long et difficile mais ça en valait la peine. Entre la pluie et le vent on a réussi à s’en sortir plutôt bien pour finir à travailler dans une ferme en Patagonie chilienne.