Le Saint Tropez chilien ? 


Je suis typiquement tombé dans le genre d’endroit que j’abhorre. Les plages bondées à a ne plus savoir pourquoi. Le genre d’espace ou je ne peux plus respirer. Où chaque parcelle de sable gagnée est un paradis. Puis le soir quand tout le monde s’en va ma plage devient un dépotoir. Un ramassis d’ordure, de bouteilles de Coca et de sacs plastiques. Vous trouverez les même plages en  France, en Espagne (Barcelone par exemple) et partout dans le monde.

Après c’est déjà un  grand pas car au Pérou la plage est un dépotoir sans même que les gens n’en profitent. C’est juste la grande poubelle de tout le monde et c’est pour cette raison qu’on ne s’y était pas baigné le premier jour.

La Côte chilienne est longue (en même temps vu sur une carte ça paraît évident). Ce que je veux dire c’est que de Antofagasta à Copiapó (où je suis presque) il n’y a aucun changement. Du désert tout du long et sur la côte de temps en temps des plages. Enfin très souvent même. Les Chiliens établissent des campements un peu partout. Parfois des gigantesques. Je pense qu’ils s’y installent pour toutes les vacances et profitent de la plage en famille voire entre amis. Ceux là, perdus en pleine cambrousse, je les comprends. 

Mais alors les autres j’ai du mal à savoir. M’enfin je ne suis pas là pour juger et je pense que je vais en revoir d’autres…  Demain je repars toujours plus au sud. A la recherche d’un petit coin de paradis pour attendre le retour de Clément. 

Et oui, pendant que je m’amusais, lui a fait la préparation qu’il aurait du faire avant de partir et en a profité pour bien réparer sa suspension. Cette fois-ci le gars était sérieux et je croise le doigt pour que ça marche le plus longtemps possible. 

Et vous vous en pensez quoi ?

*
*