Double ruptures avant la cascade finale !


Pas facile de vendre une moto après sept mois de vadrouille. Ce n’est pas la première fois mais quand même. En prime trouver un acheteur a été vraiment vraiment difficile. Au début ils marchandaient comme si j’étais un bleu… Ils voulaient tout, tout de suite pour rien et avec tous les papiers de prêts. Ah ces fichus personnes des « pays développés ». HorizonUnlimited est un super site. J’y avais perdu beaucoup de temps à chercher une moto pour ce voyage mais de notre bureau en France on a pas les bonnes perspectives.

Ici le terme légal prend des nuances très différentes. Les gens cherchent constamment à se faufiler à travers certaines règles pour arriver à leur fin. Et bien heureusement la plupart du temps ils y arrivent. Le premier c’était un aventurier très connu de youtube, notre cher Alex Chacon. J’étais aux anges à ce moment là mais c’est vite retombé une fois qu’il a commencé à marchander sans scrupules. Le deuxième, un Suisse,  voulait tout ce que j’avais et pour tout de suite avec le transfert légal fait en France le plus vite possible. Un stressé de la paperasse. M’enfin de toute façon à ce moment là j’avais pas encore fait la carratera autrale et ça aurait été dommage. Bref pas facile de vendre sa moto, celle qui nous a toujours accompagnée et qui n’a pas trop faillie. Au final j’ai eu un acheteur argentin très intéressant qui une fois arrivé à Buenos Aires à essayer de marchander pour quelques points de rouille. Il a d’abord voulu un truc, puis un autre, sous prétexte qu’il le sentait pas. Ben oui, instaurer une confiance avec la personne c’est pas facile facile. Ils ont pas l’air de comprendre que cette moto c’était ma maison, que je la connais sur le bout des doigts et qu’à cause de mon signe astrologique je sais pas être malhonnête. Du coup, j’ai fini par l’envoyer balader… Puis j’ai acheté mon billet.

En voyage on apprend à accepter tout ce qui nous traverse et à réviser régulièrement nos plans pour les minutes à venir. Rebondir sur les bons comme les mauvais moments est essentiel. Rentrer en France était ma principale envie sur le moment, donc j’ai acheté mes billets. Pour la moto j’avais plusieurs options. Puis le soir comme par miracle je relance un deuxième potentiel acheteur argentin. Le problème c’est qu’il vivait à 800km de-là. Alors je lui explique simplement que je viens de faire 2000 km pour un Argentin qui m’avait donné sa parole et l’avait pas tenu. Une heure après on avait trouvé un bon deal et trois jours plus tard je la laissais à un de ses amis pour la somme décidée auparavant.

La boucle était bouclée. Et Clément qui m’avait amené pour chercher la moto au port de Cayenne il y a sept mois était là pour me ramener derrière son fidèle V-Strom. Il était presque aussi stressé que moi ! C’est ça aussi voyager à deux. Le soir même j’avais mon ticket de bus en poche pour me rendre à Puerto Iguazu. La dernière étape de mon voyage que je suis en train de vivre,  sans mon  acolyte de toujours, tranquillement en attendant mon avion !

  One answer to “ Double ruptures avant la cascade finale ! ”

  1. Patrick

    Merci de me faire rêver je passé beaucoup de temps sur la moto depuis plus de 30 ans j adore lire les récits de tes aventures bravo et encore merci

Et vous vous en pensez quoi ?

*
*