La forêt amazonienne,  un paradis pour les bovins ? 


Vu de l’extérieur il est toujours facile de critiquer mais voyager veut aussi dire se poser des questions et ouvrir des discussions. 

Nous sommes tous à la recherche d’un chez nous. D’un espace de bien-être. Le mien, aujourd’hui,  se trouve sur les routes du monde.

Depuis plusieurs semaines maintenant nous traversons la forêt amazonienne. Celle-ci a été entretenue afin de motiver les populations du Brésil à venir y vivre. D’ouvrir ces villes et villages fermés de tout. Et bien entendu de développer une économie locale et prospère dans ces petites villes. 

Le gouvernement (d’après ce que j’ai compris) a encouragé une partie de la population du pays à venir y construire des ranchs afin d’y élever des bovins. Il a donc fallu déforester, brûler puis labourer les terres environnantes. Tout ça dans le but de créer un espace pour laisser brouter ces animaux à corne. 

De ce que j’ai vu, la déforestation s’étend rarement plus qu’à 10km de part et d’autre de la piste. 

Pourquoi priver le fermier de sa nouvelle vie ? Lui qui semble heureux de survivre ici. Lui qui a déjà tout quitté pour venir se  faire une nouvelle vie ici.

J’ai vu des aberrations tellement plus impressionnantes en traversant la Macédoine, la Russie ou même le Kazakhstan (je pense ici au immeubles immenses et vides qui abondent dans ces pays)

Et pourtant le constat n’en est pas moins alarmant. Sur les 3 500 km parcourus seulement 1/4 du bord des pistes est préservé (souvent grâce à la présence de parcs nationaux). Pour les parties en cours de déforestation l’air devient vite irrespirable à cause de la poussière et de la fumée.

La nature en prend un sacré coup. Et pourtant les habitants sont loin d’imaginer l’impact de leur action sur la planète. Ni même sur leur environnement direct. Les repas ne sont absolument pas variés, il n’y a que des bovins, très peu d’agriculture et personne ne vient réellement d’ici. 

Je ne cherche pas à être négatif mais je constate simplement. Nous avons d’ailleurs vécu de superbes moments avec les locaux et fait des rencontres magiques pendant notre traversée.  

Mais bon si on imagine la surface que couvre la forêt amazonienne, est-ce vraiment si alarmant ? D’ailleurs qu’est-ce qui me donne le droit, moi, européen, de critiquer les actions faites ici ? N’avons-nous pas nous aussi détruit nos forêts pour y faire pousser du blé ? 

Sincèrement, je pense que leur plus grande erreur n’est pas de déforester une petite zone pour survivre mais bel est bien de détruire un lieu millénaire par les flammes sur les simples conseils d’un gouvernement. Cette zone où coexistent des milliers d’espèces depuis des milliers d’années. Ces zones où vivaient et où vivent toujours des tribus indiennes plus soucieuses de l’environnement. 

C’est la deuxième fois que je fais ce constat durant mes voyages. L’homme est capable de détruire un  paradis dans le seul but de survivre et de prospérer. 

  Une réponse pour “ La forêt amazonienne,  un paradis pour les bovins ?  ”

  1. Jean-Baptiste

    Salut Baptiste. Pas bien sur de comprendre l’orientation de ton articles.
    Pour ma part, je n’ai aucun scrupule a critiquer ! Et ce n’est bien sur pas le fermier qui est venu s’installer la dans le but d’améliorer sa vie, non, mais le gouvernement, composé de gens soit disant éduqué qui savent pertinemment ce qu’ils font. Détruire une forêt et tout un écosystème est une aberration, que cette foret soit française ou bresilienne.
    Je me suis fais une reflexion similaire aux galapagos. Les habitants veulent « sacrifier » une partie du parc national pour faire de l’agriculture bio et limiter l’importation (en gros diminuer les coûts pour les habitants… encore unz histoire de fric maquillé pour attiré la sympathie des touristes bobos). Mon opinion la dessus est clair, si les habitants trouvent que la vie est trop chère, qu’ils s’en aillent ! L’humanité n’a pas besoin d’habitants aux galapagos. Par contre elle a besoin de cette espace incroyable ou la vie a su se développer si longtemps loin des influences exterieures. Il en est de meme pour la foret amazonienne.

    • nuagegraphik

      Je pensais la conclusion assez clair et en suis venu au même réflexions que toi.

      Le gouvernement est totalement en cause dans se massacre qui a lieu à beaucoup d’autres endroits du monde au moment où j’écris ces lignes.

      Je nuance mes propos car je ne suis pas bien renseigné sur le sujet et je pense que la problématique est super complexe même si les faits sont simples…

Et vous vous en pensez quoi ?

*
*

dix-sept + dix-huit =