Mon premier voyage en solitaire à moto m’a appris à voyager seul, à réparer ma moto, à tomber, à me relever, à recevoir, à donner et à vivre chaque jour pleinement et simplement. Après trois mois et 17 000 km sur les routes d’Europe et d’Asie centrale, j’ai réussi à atteindre Oulan-Bator en Mongolie ou j’ai pu faire acte de solidarité avant de rentrer. Le choix de donner ma moto à mon arrivée a déclenché de nombreux sourires, et m’a motivé à poursuivre dans les moments difficiles.

Mais pourquoi faire 17 000 km pour simplement donner une moto ?

Disons simplement, pourquoi pas ?

Je n’ai jamais regretté d’avoir fait ce choix, bien au contraire. Quand je rencontrais du monde sur la route et que j’expliquais la raison de mon voyage, je voyais souvent leurs visages s’illuminer. Ce regard, celui des autres, est primordial, qu’il soit celui de vos amis, de plusieurs organismes, d’entreprises, d’autres voyageurs et encore plus celui des locaux des pays traversez. Ils aiment en apprendre plus sur vous, ils aiment voir des aventuriers, nous rencontrer les fait voyager. J’aurais pu venir en aide aux gens  que je rencontrais, les locaux et les voyageurs, mais le simple fait que je vienne en aide à leur voisin suffisait à les rendre heureux.

Au final en voulant donner ma moto, j’ai donné de l’espoir, j’ai reçu plus que je n’ai pu donner de toutes ces personnes, partagé un repas, un fruit, un thé et parfois même une nuit dans leur maison.

J’ai fait un pas vers ces gens au moment même ou je suis parti de chez moi pour parcourir les routes du monde avec simplement l’intention d’aider.

Quand je suis rentré chez moi, j’étais faible, mais heureux. J’ai réussi à faire tout ce chemin tout seul, à moto dans l’espoir de venir en aide à des populations dans le besoin. J’ai eu un accident, j’ai été déporté de l’Azerbaïdjan, j’ai passé des sommets à 4 600 m, j’ai traversé des déserts avec plus de 50°, j’ai perdu 10 kilos à cause de mes indigestions, j’ai rencontré des dizaines de personnes, j’ai partagé des instants magnifiques avec des familles, j’ai vécu 4 mois de folie et tout cela grâce à ce projet et cette motivation de parcourir le monde en essayant de le comprendre et de l’écouter.

Ce voyage m’a rendu heureux.

En parcourant ces espaces magnifiques et vierges, j’ai pris conscience de mon impact sur la nature et notre environnement.

C’est pour cette raison que, pour ma prochaine aventure, je souhaite participer à des projets valorisants de reforestation afin de compenser mon émission carbone. En travaillant pour ce type de projet, je compte prendre part à une action écoresponsable qui vise autant au bien-être social qu’au respect de la nature.

L’action sera menée sur deux niveaux. Premièrement, je souhaite mettre en place un système de don afin de permettre aux entreprises et aux particuliers qui le souhaitent de soutenir mon projet. À chaque dizaine de kilomètres parcourue, j’aimerai pouvoir planter un arbre, avec beaucoup de soutiens j’arriverai peut-être à un arbre par kilomètre. Deuxièmement je souhaiter être acteur de ces projets de reforestation en aidant et en travaillant avec les locaux.

Ainsi, je serai témoin de l’impact de ces dons, ce sera pour moi l’occasion de retrouver des forces, de découvrir véritablement les habitants du pays et de vous partager cette expérience.

Inscrivez-vous connaître l’avancement du projet

newsletter